Couches lavables en voyage à vélo : guide de survie

18 juillet 2016.Clément Courte.0 J'aime.8 Commentaires
Acceuil/Blogue/Famille/Couches lavables en voyage à vélo : guide de survie

Voyager avec un bébé de quelques mois à vélo est déjà en soi une drôle d’idée. Pour s’adapter aux besoins de notre enfant, diminuer notre impact environnemental et nous simplifier la vie au passage, nous avons opté pour des couches lavables. Une idée folle? Allons voir ça de plus près…

1. Choisir les couches lavables

– Moi, j’ai essayé les couches lavables avec mon dernier, mais j’ai abandonné, c’était bien trop de travail…

– Des couches lavables? Ahhh mais c’est dégueux ce truc!

– Mais vous êtes tombés sur la tête ou quoi? Les couches lavables, c’est déjà galère à la maison, mais en voyage, c’est carrément irréaliste? De toute façon, vous abandonnerez bien vite quand vous verrez.

Voici, entre-autre, quelques unes des nombreuses réactions quand à notre choix d’utiliser des couches lavables plutôt que des jetables pour changer notre petite fille. Rassurez-vous : nous nous sommes aussi fait dire que nous avions du courage!

Et avant de partir, nous sommes tombé.e.s sur ce documentaire de Delphine et Damien de Planète D, sur leur voyage en Islande, en tandem, avec une bébé et des couches lavables. Et il faut dire qu’en plus de nous faire rire, cela nous a bien inspiré!

Mais alors, concrètement?

D’abord, nous pratiquons l’hygiène naturelle infantile. Je ne vous referai pas ici le topo, nous avons déjà écrit tout un article sur la question. En gros, nous avons permis à notre petite, depuis sa naissance (ou presque), à faire ses besoins sur commande (vocale en plus). Cela nous sauve un bon paquet de couches par jour (notre fille souille entre 1 et 5 couches par 24h).

Et, heureusement, notre petite chérie d’amour fait quasiment tous ses cacas (âmes sensibles s’abstenir!), dans les toilettes ou les sous-bois, pour notre plus grand plaisir de parents émerveillés et reconnaissants de la vie.

Nous trainons dans nos sacoches 4 couches et 20 inserts (10 petits et 10 grands, comme ça ya pas de jaloux). Ce qui nous donne environ 3 à 7 jours d’autonomie. Je précise environ car il n’y a pas deux jours pareil. Et si vous êtes vous-mêmes parents, vous comprendrez très certainement de quoi je parle! 😉

2. Changer votre bébé (sans changer de bébé)

Non non non, je ne vous apprendrai pas ici comment changer votre bébé. Et encore moins comment échanger de bébé, même si votre garantie le permet.

Blague à part, nous utilisons nos couches lavables comme ceci. En principe, nous sommes sensés mettre l’insert dans la couche (ça ne s’invente pas) et mettre une feuille en papier tout doux pour les petites fesses chéries de notre progéniture.

Rebelles que nous sommes, nous avons décidé de faire autrement. Nous mettons l’insert sur la couche! Mais pourquoi me direz-vous? Parce que ça salit moins de couches pardi! L’insert seulement est mouillé ou souillé.

Et en voyage à vélo, c’est autant de place gagnée : 16 couches en moins à trimballer, ce n’est pas rien! Même si, honnêtement, on trouve que l’on manque un peu de couches par moment. Si c’était à refaire, nous en reprendrions 1 ou 2 de plus.

3. Laver les couches lavables sur la route

Mea culpa, le titre porte peut-être encore une fois à confusion. Nous ne lavons heureusement pas les couches en les frottant vigoureusement sur l’asphalte! 😉

La solution? De l’huile de coude! Nous avons une poche relativement étanche pour ranger les couches sales, que nous utilisons directement comme récipient pour le lavage.

5 à 6 rinçages par-ci, un petit frottage avec du savon par-là. Un dernier rinçage. Et c’est partit pour l’essorage manuel! La partie la plus ingrate soit-dit en passant. Et enfin, le séchage…

4. La question du séchage

Comme nous sommes super malin.e.s, nous avons bricolé un étendoir portatif sur la poignée de la remorque de Yaëlle. C’est super efficace! En plus, quand les couches sont sèches, nous n’avons plus à fouiller dans le fond des sacoches pour trouver des couches propres, le pied!

Sinon, quand nous sommes en camping, nous les faisons sécher sur un fil à linge (une invention magnifique et hautement Hi-Tech). Bref, ça marche très bien, surtout avec un peu de soleil et de vent…

5. Quand il y a des imprévus (parce qu’il y a toujours des imprévus)

Trois jours de pluie d’affilée, aucun village avec des lavomatiques aux alentours, aucun warmshowers sur notre route pour nous offrir une tournée de lessive, plus aucune couche propre et sèche qui traîne dans le fond d’une sacoche, nous ne pouvons quand même pas laisser notre petite fille dans son caca sans réagir!!!

C’est le bon moment pour sortir notre arme secrète : la couche jetable (de préférence bio, équitable et utilisant moins de produits toxiques, etc)! 🙂

Et oui, nous en traînons quand même quelques unes depuis le mois de mars, après un de ces moments trop pluvieux pour permettre le séchage. Parce qu’il y a toujours des moments où c’est pas possible de faire autrement et que le confort et l’hygiène de Yaëlle passe avant nos convictions!

Mais heureusement, notre arme secrète reste un accessoire rarement utilisé. Pour preuve, 4 mois plus tard, il nous reste toujours plusieurs couches de notre premier paquet acheté.

6. Danser (en espérant qu’il ne pleuve pas)!

Bref, nous avons des couches lavables et nous sommes heureux.ses au boute! En plus, avoir des couches qui sèchent sur la remorque est bien souvent source de questionnement et d’étonnement chez les personnes qui croisent notre chemin.

Et il faut croire que les couches qui dansent au soleil, au son de nos mécaniques endiablées, font faire de beaux rêves à notre petite fille blottie dans sa chambre à roulette!

Si vous êtes parents et que vous voyagez avec un bébé, quel type de couches utilisez-vous et pourquoi? Quelles sont vos solutions? Qui sait? On est peut-être passé.e.s à côté d’un truc encore plus génial… Genre la couche auto-lavable!

Ne manquez plus rien !

Ne manquez plus rien !

Vous kiffez grave notre blogue ? Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez gratuitement nos articles par courriel !

Bravo ! Vous êtes inscrits à notre infolettre !

Catégorie(s) : Famille

Commentaires (8)

  • Madame Panda . 20 juillet 2016 . Répondre
    Fervents utilisateurs de couches lavables à la maison, nous n’avons pas tenté l’expérience en voyage… L’été dernier, c’était couches jetables bio, en France… Et cette année, c’est ce qu’on trouve, en Amérique du sud… Et quand je vous qu’on n’a déjà pas de temps, avec nos deux enfants, je me dis qu’heureusement qu’on n’a pas de lessive supplémentaire de couches… Et je vous dis bravo !
    • (Auteur) Clément Courte . 21 juillet 2016 .
      Wow, l’Amérique du Sud avec des enfants, les petits chanceux! 🙂
      Merci Madame Panda pour le commentaire. Effectivement avec deux mini pandas, cela complique un peu l’affaire… et je comprends vos appréhensions! Nous aussi étions un peu sceptiques au début! Une fois dans le jus (dans tous les sens du terme), cela devient une évidence!
      On vous souhaite pleins de belles aventures et d’en profiter comme il se doit!
  • cigogno . 22 juillet 2016 . Répondre
    Bonjour à vous trois, félicitation pour vos articles bien rédigé, mais pour nous c’est déjà fini de puis longtemps . Si c’était à refaire pourquoi pas ,ça prend moins de place dans les placards d’une 2cv. Nos vacances arrive à grand pas, la semaine prochaine visite de la Bretagne intérieure avec nos cheval d’acier pour environs 15 jours. Bisous et attendons vos prochain commentaire avec impatience .
    • (Auteur) Clément Courte . 28 juillet 2016 .
      Merci Jean-Christophe pour le commentaire! 🙂
      Effectivement, j’imagine, les couches ce n’est plus trop le centre de vos préoccupations ces temps-ci! On vous souhaite un bon séjour en Bretagne. Vous nous en redirez des nouvelles! Pour nous, le programme, c’est descente vers le Sud de la France pour y faire un peu d’escalade au mois d’Août, puis traversée des Alpes pour rejoindre l’Italie et nous rapprocher tranquillement de la Grèce d’ici l’hiver prochain.
      Pleins de bisous!
  • Marie France Vrignaud . 4 août 2016 . Répondre
    Coucou à vous 3 . Votre article sur les couches est très interpellant. J ai bien sûr utilisé les couches lavables et les pointes. Ce qui évite des tonnes de déchets et réduit les frais. Je ne sait pas ce que vous appelez les inserts. Je suis dans le sud. Je vous souhaite un très beau voyage. Je suis admirative. Je vous embrasse
    • (Auteur) Clément Courte . 4 août 2016 .
      Merci Marie-France pour le commentaire. Trop chouette que tu aie utilisé des couches lavables à ton époque! Était-ce courant?
      Effectivement pour les inserts, nous non plus ne savions pas trop comment les appeler… Ce sont des bandes épaisses en coton qui s’insèrent dans les couches (d’où notre choix du mot « insert » 😉 ). Ce sont elles qui absorbent le liquide. Nous venons officiellement d’arriver dans le Sud, mais plutôt dans le nord du Sud. Nous sommes dans les Hautes-Alpes, à Veynes. On t’embrasse très fort et on se dit à bientôt!
  • Nathanaëlle . 31 mars 2017 . Répondre
    Merci pour cet article. Nous utilisons des couches lavables à la maison et nous partons bientôt en voyage à vélo pour 6 mois. J’ai une question qui me taraude et à laquelle je n’arrive pas à trouver de réponse. Le savon (plein de glycerine) est connu pour saturer les couches qui du coup n’absorbent plus rien. De notre expérience, une seule utilisation de savon et elles perdent le coté absorbant…..Comment les laver efficacement ? peut être que les inserts en coton sont moins sensibles au savon ? nous en avons en polyester car le coton ne sécherait pas chez nous en Guyane française (Amazonie). Un conseil ? une idée ?
    • (Auteur) Clément Courte . 31 mars 2017 .
      Bonjour Nathanaëlle,
      Merci pour cette question tout à fait pertinente! Et bien pour te répondre, on ne savait pas pour la question de la glycérine et du synthétique VS coton… 🙂
      En fait, il se trouve que nous devons surtout faire attention au séchage, que les couches ne le soit pas trop. Autrement, elles ont tendance à ne plus rien absorber du tout! Côté savon, nous utilisons du savon de Marseille et n’avons jamais eu à nous en plaindre. Non, vraiment, c’est les couches trop sèches qui nous causent des soucis.
      En espérant que cela peut vous aider… En vous souhaitant un excellent voyage en famille! Vous descendez l’Amérique du Sud? On est curieux.ses? 🙂
      Au plaisir!

Ajouter un commentaire

Mentions légales. Conçu par Clément Courte. Propulsé par Wordpress

Vous aimez cet article?

Parlez-en à vos ami.e.s!